Les États-Unis condamnent la démarche de l’Algérie en faveur d’une action anti-israélienne à l’ONU

Les États-Unis condamnent l’Algérie pour sa campagne anti-Israël.






Article en français

Ambassadrice américaine à l’ONU met en garde contre une résolution anti-israélienne proposée par l’Algérie

L’ambassadrice américaine auprès des Nations Unies, Linda Thomas-Greenfield, a déclaré vendredi qu’une résolution anti-israélienne proposée par l’Algérie pourrait compromettre « des négociations sensibles » visant à conclure un accord de libération d’otages. L’Algérie a partagé le projet de résolution avec le conseil de sécurité de 15 membres mercredi, demandant un cessez-le-feu humanitaire immédiat entre Israël et le Hamas. Il n’était pas clair si et quand l’Algérie pourrait soumettre la résolution au vote.

« Ce projet de résolution pourrait compromettre des négociations sensibles, compromettant les efforts diplomatiques exhaustifs en cours pour garantir la libération des otages et obtenir une pause prolongée que les civils palestiniens et les travailleurs humanitaires désespérément besoin », a déclaré Thomas-Greenfield aux journalistes.

Les États-Unis, Israël, l’Égypte et le Qatar ont rédigé la semaine dernière une proposition de pause prolongée dans les combats et attendent une réponse du Hamas. La seule trêve jusqu’à présent n’a duré qu’une semaine fin novembre.

« Si acceptée et mise en œuvre, cette proposition avancerait tous les acteurs d’un pas de plus vers la création des conditions d’une cessation durable des hostilités », a déclaré Thomas-Greenfield. « Le conseil a l’obligation de s’assurer que toute action que nous entreprenons dans les jours à venir accroît la pression sur le Hamas pour accepter cette proposition », a-t-elle ajouté.

Le Premier ministre du Qatar, S.A. Cheikh Mohammed Bin Abdulrahman Al Thani, s’est entretenu avec le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, à New York vendredi et l’a informé de l’état des pourparlers, a déclaré le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric.

La guerre à Gaza a été déclenchée par des combattants du groupe militant du Hamas, qui gère Gaza, et a attaqué Israël le 7 octobre, tuant 1 200 personnes et capturant 253 otages, selon les chiffres israéliens. Les États-Unis et Israël s’opposent à un cessez-le-feu, estimant qu’il ne profiterait qu’au Hamas. Washington soutient plutôt des pauses dans les combats pour protéger les civils et libérer les otages pris par le Hamas.

« Nous ne voyons pas que cette résolution ajoute quoi que ce soit à ce que nous avons déjà, mais nous craignons que la résolution ne nuise à ce que nous faisons sur le terrain en ce moment », a déclaré Thomas-Greenfield concernant le texte du projet de l’Algérie.

FAQs

Quand la résolution anti-israélienne a-t-elle été proposée par l’Algérie?

L’Alger a partagé le projet de résolution avec le conseil de sécurité de 15 membres mercredi.

Quelle demande contiendrait la résolution proposée par l’Algérie?

La résolution demanderait un cessez-le-feu humanitaire immédiat entre Israël et le Hamas.

Quelles sont les préoccupations exprimées par l’ambassadrice américaine à l’ONU?

L’ambassadrice américaine a exprimé des préoccupations selon lesquelles le projet de résolution proposé par l’Algérie pourrait compromettre des négociations sensibles et les efforts diplomatiques en cours pour garantir la libération des otages.



Sources: Journal Le Soir

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *