Walker : Le Canada a de bonnes raisons d’être prudent à l’égard des réfugiés de Gaza

Walker #Canada #good #reason #cautious #refugees #Gaza

Walker #Canada #bonne #raison #prudent #réfugiés #Gaza




French Article

Les restrictions fédérales imposées aux réfugiés de Gaza suscitent des critiques

Dans son article d’opinion, Matthew Behrens a critiqué les restrictions imposées par le gouvernement fédéral aux réfugiés de Gaza qui souhaitent venir au Canada dans le cadre d’une nouvelle politique d’immigration temporaire. Behrens a contesté les déclarations du ministre de l’Immigration Marc Miller, qui, lors d’une récente interview, a utilisé les mots « terrorisme » et « sécurité » à 11 reprises lorsqu’il parlait du programme. Behrens a écrit que, ce faisant, le gouvernement fédéral a « repeint à plusieurs reprises les Palestiniens avec le pinceau injuste de la suspicion », déclarant que « cette suspicion est également intégrée dans les formulaires de demande qui posent des questions sans précédent sur l’origine de chaque cicatrice … ».

Préoccupations de sécurité

La sécurité est une préoccupation parfaitement raisonnable lorsqu’on envisage d’accueillir des immigrants au Canada, d’autant plus ceux venant d’une région où le Hamas, un groupe terroriste islamique génocidaire, exerce un pouvoir absolu et revendique des dizaines de milliers de combattants. Compte tenu de l’omniprésence du Hamas à Gaza, il ne semble guère déraisonnable de prendre des précautions pour s’assurer que ceux qui viennent au Canada ne sont pas impliqués avec le groupe terroriste islamique combattant actuellement Israël.

Cependant, nulle part dans sa colonne Behrens n’a jamais reconnu dans quelle mesure le Hamas a imprégné la société à Gaza. En fait, Behrens n’a même pas mentionné le Hamas une seule fois, comme si le groupe n’existait pas du tout. En omettant l’influence du Hamas sur ses citoyens et la désignation officielle du groupe par le Canada comme organisation terroriste, Behrens n’a jamais fourni aux lecteurs le contexte nécessaire à ses critiques sur les suspicions accrues du gouvernement et les préoccupations en matière de sécurité.

Soutien au Hamas

Des sondages récents montrent que les habitants de Gaza ont renforcé leur soutien au Hamas depuis le 7 octobre. Un groupe de recherche palestinien a découvert que plus de la moitié de tous les résidents de la bande de Gaza – 57 % – approuvent les actions du Hamas lors du massacre et des enlèvements du 7 octobre en Israël, qui ont délibérément ciblé des hommes, des femmes et des enfants innocents pour meurtre, viol et torture brutale.

Alors que de nombreux observateurs bien intentionnés au Canada aimeraient croire que le Hamas retient la population de Gaza en otage, il semble que le Hamas jouisse actuellement d’une popularité généralisée là-bas. Il semble à peine exagéré de s’assurer que ceux qui soutiennent activement les actions du Hamas ne puissent pas être admis au Canada. Laissent-ils leurs opinions haineuses à la porte une fois qu’ils entrent au Canada, ou les exprimeraient-ils simplement – comme cela s’est produit lors d’un nombre alarmant de rassemblements publics exprimant des opinions extrémistes violentes – sur le sol canadien?

Colonnes de Behrens

La colonne de Behrens, dans laquelle il critiquait le gouvernement fédéral pour ce qu’il considérait comme des réglementations onéreuses concernant les réfugiés de Gaza, n’a pas partagé les préoccupations raisonnables en matière de sécurité que pourraient présenter les nouveaux venus de Gaza. Le Canada a le devoir, et la responsabilité solennelle, d’examiner attentivement tous les nouveaux arrivants potentiels au Canada, en particulier d’un territoire où une grande majorité de la population exprime des opinions fanatiquement violentes.

FAQ

Q: Quelles sont les préoccupations de sécurité concernant les nouveaux arrivants de Gaza au Canada?

R: Les préoccupations de sécurité concernent la possibilité que certains nouveaux arrivants de Gaza soutiennent activement le Hamas et ses actions violentes, ce qui pose un risque pour la sécurité du Canada.



Sources: Journal Le Soir

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *